12 octobre 2007

Un afghan


Visages d'une grande beauté.
Les traits laissent deviner
Le caractère, la fierté.

Si loin de vos valeurs.
Dans un autre monde.

26 août 2007

Patrouille Mirage 2000


Petit essai calligraphique
Entre la fluidité des formes
Et celle de l'encre
Ne retenir que l'essentiel
Pour ne proposer au regard
Qu'une impression de mouvement.

24 août 2007

Guynemer


Portrait en préparation de l'exposition qui se tiendra dans le hall de la Mairie de BREST le 11 septembre prochain, date anniversaire de la disparition de cet aviateur légendaire.

22 août 2007

Dakota


Avant même qu'on ne le devine
Le bruit sourd des moteurs dirige nos regards
Puis un éclat de lumière entre de nuages
Le voilà !

Moteurs d'un autre temps laissant deviner
La machine impressionnante qu'ils servent.

Le spectateur le nez au ciel,
Une main au dessus des yeux pour mieux le voir,
Admire .

Un Dakota vole au-dessus de nos têtes.

18 août 2007

Daphné


Daphné,

Quelques traits
Un bandeau vert
Dans des cheveux très noirs

Et deux petites filles
Qui s'accrochent à elle
Lui réclament un câlin un baiser
Gestes tendres qu'elle donne
En embrassant les joues rebondies
Des deux jolies grenouilles
Loeva et Délia.

11 août 2007

Orense



Orense


Bientôt quinze ans.

Hier encore une petite fille
Une enfant, un bébé.
Aujourd'hui petit bout de femme
L'esprit emplit au moins autant
D'espoirs que de questions
Et que l'avenir nous montrera
Avec au moins autant
D'aboutissements que de réponses.

Papa

13 juin 2007

Christine



L'encre de chine
broyée sur la pierre,
lentement, longtemps.
Du papier blanc.
Le pinceau boit l'encre
puis la libère en traits contenus.
La main est libre, forte ou légère

Apparaît un cadre informel,
les cheveux, le profil du nez,
les doigts posés dessous.

Le pinceau passe, s'arrête, repart,
donne profondeur, volume.

Puis une marque rouge,
point final d'une tendre inspiration : Christine.

07 juin 2007

Bord de plage à Brignogan


Rochers arrondis, polis par les marées, posés sur du sable clair. Un écrin maritime, un port, une enclave où se couchent les bateaux quand la mer se retire, attentant les prochains flots.
En retrait au bord de la plage des maisons le plus souvent habitées l'été font face à ce spectacle cyclique et merveilleux. Dans les jardins se dressent des sapins que les vents dominants déforment.

06 juin 2007

Signal des Toussaines


Tuchen Gador - colline de la chaise

Un chemin pierreux amène les promeneurs au sommet de la colline ou se dressent d'imposants rochers que les gosses s'empressent de gravir.

Promontoire dominant un océan de végétation rase qui dans un cycle sans fin au gré des saisons change de teintes passant du vert tendre des herbes nouvelles au mauve de la bruyère pour finir avant l'hiver au jaune paille et au roux.

Spectacle extraordinaire ou le regard va loin, très loin.

20 mai 2007

Mécaniciens sur Transall


Au retour des avions les mécaniciens examinent les avions dans tous les recoins ouvrant une multitude de trappes et de panneaux qui permettent de vérifier les extincteurs par exemple.

Ici il s'agit d'une intervention sur un moteur de Transall. Cela donne une image pour le moins étonnante, les capots du moteur s'ouvrant en corolle derrière l'hélice.

13 mai 2007

Bateau à Lauberlac'h


Un retour au pays. Fini pour le moment les montagnes enneigées autour de Douchanbé et en attendant des images de chevaux, de bouzkachi qui sont en préparation voici une aquarelle montrant le charme de nos petits ports bretons et de bateaux qui patiemment attendent une prochaine marée.

14 avril 2007

Jeune femme à la robe colorée


Beaucoup de femmes, celles qui vivent dans les quartiers populaires de Douchanbé mais aussi à la campagne, portent des robes amples faites dans des tissus très colorés.

09 avril 2007

Vendeuses des quatre saisons


Ces marchandes de légumes été comme hiver installent tous les jours leurs produits.

Venus du Tadjikistan ou de pays voisins les légumes présentés sur leurs étalages sont toujours magnifiques de couleurs et d'odeurs.
Ici des choux fleurs que les agriculteurs bretons ne renieraient pas ; plus loin des radis, énormes, qu'on a bien envie de faire craquer sous la dent. Poivrons, choux, oignons, échalottes, navets, carottes,...... rien ne manque.

Et ces marchandes a l'allure un peu gitane, foulards aux couleurs vives et éclatantes, robes colorées, ornées de grandes fleurs ou de paillettes étincellantes ...

Un véritable spectacle !

08 avril 2007

Elle vend des graines et du thé.


Et oui encore le Marché Vert et son ambiance particulière. Le regard rencontre à tous les coins de ruelles, derrière tous les étalages une bonne raison de s'attarder tant les personnages sont accueillants et symphatiques.

Ici une vendeuse de graines et de thés en tous genres nous présente avec sourire ses produits et cela malgré le froid qui règne sur le marché.

04 avril 2007

Une bergère


L'élevage tient une place importante au Tadjikistan.

A la campagne mais aussi en ville dans les quartiers populaires de Douchanbé les gens ont vaches, moutons ou chèvres.

Pour certains de quoi mieux vivre.

25 mars 2007

Portrait d'un cavalier de bouzkachi



Les cavaliers qui participent au bouzkachi ont une allure noble et fière.
Les plus vieux, probablement des maîtres en matière de bouzkachi, contemplent et jugent les performances des cavaliers du haut de leurs montures.
Le spectateur est tout à coup transporté dans un monde si bien décrit par Joseph Kessel dans son roman "le cavalier".
Cet homme pourrait être le fameux Toursène héros du roman.

24 mars 2007

coupeuses de carottes


Voilà encore une particularité de ce qui peut se voir sur les marchés au Tadjikistan.

Le plov est l'un des plats traditionnels. Dans sa composition il y a des carottes mélangées au riz.
Ces femmes munies de larges couteaux coupent et préparent les carottes de façon à obtenir des petits bâtonnets. Pas de machines tout est fait à la main.

18 mars 2007

Hommes accroupis


Une fois encore des attitudes habituelles. Ces hommes sont au spectable. Ils assistent depuis la colline à un bouzkachi.
C'est l'hiver et la chapka remplace souvent le torki, chapeau traditionnel (troisième homme).

17 mars 2007

Deux enfants


Ces deux petites filles vendaient des graines de tournesol que tout le monde aime à grignoter comme une friandise.
Installées sur le bord de la route elles sont accroupies de telle façon que les pieds portent à plat sur le sol. Si cette position est aisée pour les enfants elle devrait l'être beaucoup moins pour les adultes. Et pourtant partout en ville les hommes, les femmes, les jeunes les vieux adoptent cette position quand ils doivent attendre un bus ou autre chose.
Pour nous une curieuse façon de s'installer qui pour l'avoir essayer n'est pas à notre portée sans exercice.

16 mars 2007

Le boulanger


Les boulangers qui produisent les lepiochkas travaillent avec ce four un peu particulier. Si la forme peut faire penser à celle de nos anciens fours ici l'utilisation en est particulière.
Des braises dans le fond du four entretiennent en permanence la chaleur et les lepiochkas sont collés sur les parois pour la cuisson qui est très rapide.
Une fois prêt le pain est retiré et décollé de la paroi grâce a cet outil qui est en fait un récipient au format du pain.

Le goût de ce pain est excellent.

15 mars 2007

Echoppe de rue


Dans les quartiers populaires de Douchanbé et partout où j'ai eu l'occasion de me promener, j'ai vu des petits "commerces" installés à même les trottoirs.

Souvent tenus par des femmes ils ne semblent avoir aucun horaires et être indifférents au temps qu'il fait. On y trouve les bricoles qui manquent en dernière minute mais aussi les bonbons et les friandises préférées des enfants.

Ici le petit commerce est bien organisé. Sous les parasols qui protègent du soleil, de la pluie ou de la neige on trouve friandises de toutes sortes, des boissons sucrées, des cigarettes et un poste téléphonique qui sert de cabine publique à l'occasion.

13 mars 2007

Lepiochka


Pain lepiochka

Ce pain traditionnel est fait avec de la farine de blé.
Les boules de pâtes sont façonnées puis après un temps de repos étirées pour obtenir une galette épaisse.

Ensuite le boulanger marque le pain avec des outils qui ressemblent à des tampons munis d'aiguilles qui transpercent la pâte, ce qui a pour effet d'aider à la cuisson mais aussi de créer un décor reconnaissable.

En même temps que la surface est humidifiée quelques graines parfumées sont ajoutées. Le pain est ensuite posé sur un plateau épais qui permet d'enfourner sans se brûler.

Le pain est collé contre la paroi du four qui pour ce faire à une forme particulière, qui mérite bien un petit dessin.

A suivre....

12 mars 2007

Vendeuses de pain

L'hiver installé le Marché Vert vit encore.
Les femmes protégées du froid par plusieurs lainages vendent ici des pains cuits dans des moules.

Les températures très basses le matin, ne les empêchent pas de sourir et d'acceuillir les clients avec bonne humeur et entrain.

10 février 2007

Hissar

Le fort d'Hissar

Il ne reste de la forteresse que cette porte .

Situés sur un promontoire ces vestiges dominent la vallée qui mène à Douchanbé .

17 janvier 2007

marchande de pain

Le pain comme tous les autres produits de consommation courante s'achète sur le marché.

Celui que l'on trouve le plus couramment est le pain appelé "lepiochka". Des graines parfumées sont déposée en son centre ce qui lui donne un goût particulier et délicieux.

La fabrication de ce pain fera l'objet d'un autre dessin.

13 janvier 2007

Commerçante au marché vert

Encore une promenade au Marché Vert à Douchanbé.

L'hiver est bien installé et il faut du courage pour tenir boutique au Marché Vert.

C'est ce que font beaucoup de femmes qui vendent les légumes de saison. Ici des choux, mais on trouve également des carottes, des pommes de terre, des oignons..... et présentés de façon magnifiques en pyramides impeccables des citrons (peut-être l'objet d'un prochain dessin).

10 janvier 2007

Cavalier bouzkachi

Les cavaliers qui participent ont une belle allure. Les chevaux sont nerveux et prêts à obéir.

Tous les cavaliers tiennent dans la main des cravaches un peu particulières.

Cette cravache est courte . Le manche en bois est recouvert d'un manchon de cuir prolongé par une lanière épaisse en cuir.

Lorsque le cavalier est dans la mêlé il tient cette cravache entre les dents . Il s'en sert éventuellement pour se frayer un chemin ou écarter les autres concurrents. Les coups pleuvent et les chevaux portent les marques de ces affrontements.

portraits